LES EPHEMERES

Publié le par kristian

 POESIE

Les éphémères

Si l'on devait feindre la vie
chaque jour la redéfinir
comment résister à l'envie
sur le passé de revenir

Si l'on savait teinter la vie
comme on retouche une aquarelle
ou l'on délave des lavis
elle semblerait alors trop belle

Si la vie on pouvait gommer
pour en effacer les erreurs
et ne jamais plus les nommer
pour en attiser les couleurs

Si l'on pouvait redessiner
le trait de nos malentendus
changer nos humbles destinées
nos faux semblants, nos temps perdus

Si l'on savait comme les anges
repeindre la vie à l'envers
le violet recouvrir d'orange
sur le rouge appliquer du vert

Si l'on avait à réécrire
cette vie qui n'est rien sans nous
faudrait-il alors nous punir
devant le ciel plier genoux?

Les éphémères que nous sommes
n'ont guère le temps que d'un sourire
les angelots ne sont pas des hommes
peindre la vie n'est qu'un soupir

une trace oubliée du monde
une tache d'encre qui défile
un frisson, un écho, une onde
puis un grand vide...inutile

 

CHRISTIAN BOURRIER

Publié dans POESIE

Commenter cet article

mata 22/09/2006 19:25

perso je trouve que le vide a la potentialité au remplissage alors que l'inutilité est un acquis

Ahaw 12/09/2006 09:55

TRES TRES BEAU POEME !!!Moi ce n'est pas le dernier mot que je trouve trop négatif, mais l'avant dernier...

mata 07/08/2006 12:23

magnifique texte poétique!  je trouve que le mot de la fin est un peu trop négatif